Qu’est-ce que le portage salarial ? Zoom sur cette nouvelle forme d’emploi

Cet article invité a été rédigé par la rédaction de la société ITG.

Le monde du travail ne cesse d’évoluer. Formes de contrats, statuts juridiques et entités morales se transforment profondément et à un rythme effréné. C’est dans ce contexte mouvant qu’est né le portage salarial.

Cette nouvelle « forme d’emploi » a vu le jour en 1988, grâce à une association d’anciens élèves d’HEC. Si au départ ce statut n’était réservé qu’à certains, aujourd’hui il se démocratise et ouvre ses portes à nombre de travailleurs.

Évoluant au même rythme que la société dans laquelle il s’inscrit, le portage salarial est désormais légalement ancré grâce à son syndicat et à sa convention collective. Intégré au Code du travail, le portage salarial est donc entièrement reconnu d’un point de vue juridique.

Mais qu’est-ce que le portage salarial ? En quoi consiste exactement cette forme d’emploi ? Comment devient-on salarié porté ? À qui ce statut s’adresse-t-il et quels sont ses avantages ou inconvénients ?

C’est à toutes ces questions que nous vous répondons ici, afin que le portage salarial n’ait plus aucun secret pour vous !

Au cœur du portage salarial : une relation tripartite

La première chose qu’il faut comprendre lorsque l’on parle de portage salarial, c’est qu’il s’agit d’une forme d’emploi à mi-chemin entre le salariat et l’entreprise individuelle (qu’elle soit EIRL, micro-entreprise ou autre).

C’est-à-dire que le portage salarial suppose la mise en relation de 3 acteurs distincts :

  • Le travailleur indépendant (consultant).
  • Le client (qui doit impérativement être une entreprise).
  • La société de portage salarial. 

Cette relation à 3 facteurs est encadrée par la signature de deux contrats. D’abord, un contrat de travail qui lie le consultant et la société de portage. Ensuite, un autre contrat (de prestation) qui est signé entre la société de portage et l’entreprise cliente.

Dans les faits, c’est l’entreprise de portage qui facture le client et recueille le chiffre d’affaires réalisé pour ensuite le verser au consultant sous forme de salaire.

Le portage salarial a donc été pensé pour offrir un encadrement optimal à chacune des parties impliquées.

La société de portage salarial : rôles et obligations

D’un point de vue plus concret, qu’implique cette relation tripartite ? Quel rôle joue la société de portage salarial, sorte d’intermédiaire entre un freelance et ses clients ?

Un acteur en charge de la protection sociale des indépendants

De manière générale, la société de portage salarial s’assure de la « sécurité » des freelance avec qui elle travaille. Notamment dans le sens où ce statut permet aux travailleurs indépendants de jouir des mêmes avantages sociaux qu’un salarié, à savoir :

– Droit à la sécurité sociale (régime général).

  •  Droit au chômage.
  •  Une mutuelle (AXA chez ITG).
  •  Une responsabilité civile et professionnelle.
  •  Des cotisations retraite.
  •  Droit aux congés payés (5 semaines par an).

Ainsi, les salariés portés bénéficient d’une forte protection sociale et d’une sécurité en cas de maladie ou autres « imprévus de la vie ». Contrairement à certaines formes d’entreprises, le portage salarial permet aux indépendants de ne pas engager leur patrimoine personnel.

Un facilitateur administratif

Mais surtout, et c’est l’un des avantages premiers du portage salarial, la société de portage s’engage à gérer l’ensemble des tâches administratives et comptables du salarié porté. Celui-ci peut donc uniquement se réserver à son cœur de métier et à l’exercice de celui-ci.

Plus concrètement, la société de portage s’occupe de la facturation des clients et de toute la gestion relative à l’activité du consultant (déclarations fiscales, gestion comptable, etc.). L’exercice de toutes ces tâches est ensuite résumé dans un compte d’activité, transmis au moins mensuellement au freelance.

Le statut de salarié porté : pour qui et pour quels métiers ?

Vous l’aurez donc compris, un salarié porté jouit d’un statut hybride. L’intérêt de celui-ci étant de conserver son indépendance et son autonomie tout en étant protégé – juridiquement et socialement – comme l’est n’importe quel salarié. 

Mais d’un point de vue professionnel, il s’agit bel et bien d’un dispositif s’adressant à des travailleurs indépendants. Être salarié porté, c’est donc être freelance et offrir ses services, sous forme de missions à des entreprises.

Tout le monde peut-il devenir salarié porté ?

En théorie oui… D’après la loi : « toute personne qui justifie de l’expertise, de la qualification et de l’autonomie lui permettant de rechercher ses clients peut être salarié porté ».

Dans les faits, c’est un peu plus complexe. En effet, pour devenir salarié porté, il faut proposer des prestations intellectuelles (en d’autres termes, être expert des métiers du conseil). Les activités commerciales et les professions réglementées (avocat, médecin, etc.) sont exclues du dispositif.

Il n’y a en fait que deux conditions afin de devenir salarié porté :

  • Avoir l’âge légal de travailler (16 ans minimum).
  • Justifier d’une rémunération atteignant au moins 75% du plafond de la sécurité sociale, soit un salaire minimum brut de 2451 euros pour un mois travaillé à temps plein.

À qui s’adresse le portage salarial en 2 min (vidéo)

À quels métiers s’adresse le portage salarial ?

Nous avons donné un bref aperçu du cadre juridique dans lequel s’inscrit le portage salarial, mais qu’en est-il d’un point de vue purement professionnel ? Quels sont les métiers susceptibles de rentrer dans le cadre de ce statut ?

Tous les métiers de conseil, tous les experts offrant des prestations intellectuelles peuvent prétendre au statut de salarié porté. Le portage salarial, s’il était au départ ‘réservé’ aux cadres s’adresse aujourd’hui à une multitude de professionnels, pour peu que ceux-ci aient un ‘service’ à offrir.

Que l’on soit cadre, retraité ou tout fraîchement diplômé, que l’on exerce le métier de chef de projet, de coach formateur ou de consultant informatique, on peut opter pour le portage salarial. Chez ITG et en accord avec la convention collective, c’est plus de 750 métiers qui sont couverts.

Bref, le portage salarial est ouvert à un grand nombre de professions. Il suffit simplement de pouvoir justifier d’une expérience reconnue dans son domaine et d’être capable d’exercer en pleine autonomie.

Quel salaire pour un salarié porté ?

Être salarié porté, comme le terme lui-même l’indique, c’est être soumis aux mêmes charges salariales et patronales que n’importe quel salarié. Outre cela, une partie de votre salaire sera reversée à la société de portage (entre 6 et 10 % de votre CA) correspondant aux frais de gestion.

La rémunération (qui doit être mensuelle) d’un indépendant en portage salarial dépend donc d’un ensemble d’éléments, mais principalement de son chiffre d’affaires et de ses frais de gestion. Il faut également savoir qu’un salaire est versé dès le premier mois d’activité.

Plus concrètement, le salaire d’un salarié porté équivaut à environ 50% de son chiffre d’affaires et jusqu’à 67 % de celui-ci avec ITG. Il existe de nombreux avantages financiers afin d’optimiser ce ratio (remboursement de la TVA et/ou des frais professionnels par exemple). Pour davantage d’informations et surtout afin d’obtenir un bilan personnalisé, il est recommandé d’entrer en contact avec un conseiller et de faire une simulation de salaire.

Si la rémunération d’un salarié porté lui est versée par la société de portage, c’est cependant à lui de définir ses tarifs, en « toute liberté ».

Attention, cette étape de définition des tarifs est primordiale ! En effet, il s’agit d’un calcul complexe qui doit être fait préalablement et dans lequel la société de portage avec laquelle vous comptez travailler pourra vous assister. Évidemment, comme n’importe quel freelance votre tarif journalier dépendra essentiellement de la mission effectuée, des compétences sollicitées et des enjeux de la mission.

Outre cela, il s’agira de prendre en compte tous les frais annexes : charges salariales et patronales, frais de gestion, contributions dues par l’employeur, etc.

Pour résumer : avantages et inconvénients du portage salarial

Le principal avantage du portage salarial réside dans le gain de temps qu’il offre au travailleur indépendant. S’épargnant les démarches administratives et juridiques auxquelles est soumis tout entrepreneur, il peut se concentrer sur sa profession à proprement parler (prospection, marketing, développement et réalisation des missions).

Que l’on soit fraichement diplômé ou en reconversion professionnelle, le portage salarial est aussi un excellent moyen de débuter en tant qu’indépendant. C’est la transition idéale entre salariat et entreprise individuelle puisque c’est un statut qui permet de tester le marché, de développer sa clientèle et de se tester soi-même et ses capacités à exercer en freelance.

Les sociétés de portage fonctionnent aussi comme de véritables communautés, assumant un rôle d’accompagnement de leurs salariés portés. Ce large réseau d’indépendants de tous secteurs participe à la crédibilité et à la mise en exergue du professionnalisme de tous ceux qui le rejoignent. Chez ITG, les membres se voient aussi octroyer un accès à un ensemble de formations. L’occasion d’améliorer sans cesse leurs compétences et d’être actifs face à des marchés en mutation.

ITG met aussi à disposition de ses salariés portés un ensemble d’outils et de fonctionnalités destinés à faciliter leur quotidien (plateforme collaborative, rencontres, conférences, etc.). 

Mais attention, comme dans le cadre d’une création d’entreprise, il s’agit de bien penser son projet et son lancement. Notamment parce que les tâches de prospection et de marketing incombent totalement au freelance. La société de portage n’a d’ailleurs pas le droit de trouver des clients à la place du consultant.

En quelques mots

Le portage salarial constitue donc l’alliance parfaite entre la liberté et la sécurité. Cumulable avec n’importe quel autre statut (on peut être retraité et salarié porté ou demandeur d’emploi et salarié porté), on conserve son autonomie tout en bénéficiant des avantages d’un salarié et d’une flexibilité immense.

Afficher les commentairesFermer les commentaires

Laisser un commentaire

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez